Citations

piquets_nuit

Ils ont dit …

Condorcet

Rapport sur l’instruction publique à l’Assemblée Législative 20 et 21 avril 1792

citations_clip_image001« Tant qu’il y aura des hommes qui n’obéiront pas à la raison seule, qui recevront leurs opinions d’une opinion étrangère, en vain toutes les chaînes auraient été brisées, en vain ces opinions de commande seraient d’utiles vérités ; le genre humain n’en resterait pas moins partagé en deux classes : celle des hommes qui raisonnent et celle des hommes qui croient, celle des maîtres et celle des esclaves… »

Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de Condorcet, (1743-1794)
Philosophe, mathématicien et politologue français.

Victor Hugo

Discours dans la discussion du Projet de loi sur l’enseignement Assemblée législative – 15 janvier 1850

citations_clip_image003 «Jusqu’au jour, que j’appelle de tous mes vœux, où la liberté complète d’enseignement pourra être proclamée (…), je veux l’enseignement de l’église en dedans de l’église et non dehors. Surtout, je considère comme une dérision de faire surveiller, au nom de l’Etat, par le clergé l’enseignement du clergé. En un mot, je veux, je le répète, ce que voulaient nos pères, l’église chez elle et l’Etat chez lui. » Victor-Marie Hugo (1802-1885) – Ecrivain, dramaturge et poète français
Elu à l’Académie Française en 1841
Nommé Pair de France en 1845
Elu député de Paris en 1848 à l’Assemblée Constituante

Jules Ferry

Lettre aux instituteurs – 17 novembre 1883

citations_clip_image004« Le législateur a eu pour premier objet de séparer l’école de l’église, d’assurer la liberté de conscience et des maîtres et des élèves, de distinguer deux domaines trop longtemps confondus : celui des croyances qui sont personnelles et variables, et celui des connaissances qui sont communes et indispensables à tous de l’avis de tous. »

Jules Ferry (1832 – 1893)
Ministre de l’Instruction Publique du 04 février 1879 au 23 septembre 1880 (cabinet Waddington)
Président du Conseil du 23 septembre 1880 au 10 novembre 1881
Ministre de l’Instruction Publique du 31 janvier au 29 juillet 1882 (Ministère Freycinet)

« Être laïque, ce n’est pas limiter à l’horizon visible la pensée humaine, ni interdire à l’Homme le rêve et la perpétuelle recherche de Dieu ; c’est revendiquer pour la vie présente l’effort du Devoir.
    Ce n’est pas vouloir violenter, ce n’est pas mépriser les consciences encore détenues dans le charme des vieilles croyances ; c’est refuser aux religions qui passent le droit de gouverner l’humanité qui dure.
    Ce n’est point haïr telle ou telle église ou toutes les églises ensemble ; c’est combattre l’esprit de haine qui souffre des religions, et qui fut cause de tant de violence, de tueries et de ruines.
    Être laïque, ce n’est point consentir la soumission de la raison à un dogme immuable, ni l’abdication de l’esprit humain devant l’incompréhensible ; c’est ne prendre son parti d’aucune ignorance.
    C’est croire que la vie vaut la peine d’être vécue, aimer cette vie, refuser la définition de la terre « vallée de larmes », ne pas admettre que les larmes soient nécessaires et bienfaisantes, ni que la souffrance soit providentielle ; c’est prendre son parti d’aucune misère.

Ernest Lavisse

Annales de la jeunesse laïque – 1902

citations_clip_image005Etre laïque, c’est avoir trois vertus : la charité, c’est-à-dire l’amour des hommes ; l’espérance, c’est-à-dire le sentiment bienfaisant qu’un jour viendra, dans la postérité lointaine, où se réaliseront les rêves de justice, de paix et de bonheur, que faisaient, en regardant le ciel, les lointains ancêtres ; la foi, c’est-à-dire la volonté de croire à la victorieuse réalité de l’effort perpétuel. »
Ernest Lavisse (1842-1922) – Historien français
Membre de l’académie française en 1892
Directeur de l’Ecole Normale Supérieure en 1904

Ferdinand Buisson

La Grande Revue – 10 novembre 1909

citations_clip_image007« Nous sommes le pays qui a entrepris d’appliquer les seules lois de la race humaine au gouvernement des affaires humaines. Nous tentons les premiers cette grande expérience de montrer au monde un grand pays qui n’a qu’une morale et des institutions laïques, qui, prétendant se passer entièrement de l’appui du dogme, de la foi et de la peur, ne peut faire appel qu’à la Raison. »

Ferdinand Buisson (1841-1932) – Philosophe, éducateur et homme politique français
Cofondateur et président de la Ligue des droits de l’homme
Président de l’Association Nationale des Libres Penseurs
Prix Noel de la paix en 1927 conjointement avec Ludwig Quidde.

Jean Jaurès

Discours à la jeunesse – lycée d’Albi – 1903

citations_clip_image009« La loi de séparation, c’est la marche délibérée de l’esprit vers la pleine lumière, la pleine science et l’entière raison. »

Jean Jaurès (1859-1914) – Homme politique français
Orateur et parlementaire socialiste
Assassiné à Paris le 31 juillet 1914 par un militant d’extrême droite

 

Henri Pena-Ruiz

MAIF info – septembre 2003

citations_clip_image012« La laïcité est une valeur essentielle, avec ce souci de la liberté de conscience et de l’égalité de tous les hommes, qu’ils soient croyants, athées ou agnostiques. L’idéal laïc n’est pas un idéal négatif de ressentiment contre la religion. C’est le plus grand contresens que l’on puisse faire sur la laïcité que d’y voir une sorte d’hostilité de principe à la religion. Mais c’est un idéal positif d’affirmation de la liberté de conscience, de l’égalité des croyants et des athées et de l’idée que la loi républicaine doit viser le bien commun et non pas l’intérêt particulier. C’est ce qu’on appelle le principe de neutralité de la sphère publique. »
Henri Pena-Ruiz – Essayiste français Agrégé de philosophie
Professeur de chaire supérieure en khâgne classique au lycée Fénelon
Maître de conférences à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris
Septembre 2003
« Trop souvent, les hommes ont tendance à privilégier ce qui les divise. Avec la laïcité, il faut apprendre à vivre avec ses différences dans l’horizon de l’universelle, sans jamais oublier qu’on a des intérêts communs en tant qu’homme. »